Les histoires familiales portent, de coutume, sur le sujet de la transmission de biens, de traditions mais aussi, et c'est le propos de cet article, celle du langage. 

Il est question de ma grand-mère Andréa, née en 1911. Durant sa vie, elle a pu traverser des périodes diverses et variées, vivre moultes expériences mais une chose à laquelle elle était totalement hermétique était la langue de Shakespeare. 

Un souvenir tendre m'est revenu à l'occasion du visionnage du magnifique site "Les murs peints s'affichent" et les anciennes publicités de lessive, émanant d'un temps révolu. Et la voix d'Andréa citant la marque célèbre de lessive qu'elle connaissait depuis des décennies : SUNLIGHT! 

"Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître" ♪♪♫♫ et pour les curieux qui veulent en savoir plus sur la marque SUNLIGHT, je vous engage à jeter votre dévolu sur le site consacré aux origines de la savonnerie LEVER

Ma grand-mère, à l'instar de ses contemporains dans nos contrées du Nord de la France, ne parlaient pas du SUNLIGHT [ˈsənˈlaɪt] en anglais mais du SUNLICH.... Et ce mot, avant une certaine époque de ma vie, est resté profondément gravé en moi. Telle ne fut pas ma surprise de découvrir que ce mot se prononçait tout autrement! Ironie de l'histoire, dans le cadre de mes études, j'ai suivi un cursus  universitaires d'Anglais. J'y ai suivi des cours de phonétique, qui ont été sources de crises de nerfs mais de fous rires irrépressibles, notamment sur ces mots qu'Andréa écornait à qui mieux mieux. 

1

http://home.nordnet.fr/~jdujardin/haubourdin/ulever.htm

2