Bonsoir,

 

Une fois n’est pas coutume, une petite recherche Gallica m’amène à faire un grand pas dans la petite histoire, celle de ma famille.

 

J’ai, depuis quelques mois, la fâcheuse habitue de taper dans le moteur de recherche de la bibliothèque numérique française, les patronymes qui constituent mon patrimoine familial. Ce mode opératoire m’a déjà aidée à remonter de manière inouïe certaines recherches qui me paraissaient compromises.

Ainsi, ce soir, je tape le patronyme « GADENNE » qui est celui de mon cher Ignace pour lequel un billet personnel a déjà été rédigé sur ce blog.

J’y trouve Paul GADENNE, écrivain renommé et torturé par les méfaits conjugués de la seconde guerre mondiale et de la tuberculose. Originaire de la même région que ma famille, il y a de grandes chances que nous comptions des collatéraux communs quelques générations au-dessus… (note pour plus tard : chercher…)

Au gré des liens, j’y trouve un Charles GADENNE , célébrissime chanoine qui du fait de sa longévité, fut un temps couronné comme le prêtre le plus vieux du monde, oui Madame !!!!

Plus modestement, et ce n’est pas péjoratif de l’angle de mon œil, je tombe sur une Marie GADENNE qui fut assassinée à Lille, en dans le quartier aujourd’hui fortement recherché du Vieux-Lille mais qui fut en son temps un coupe gorge ! Et c’est le cas de le dire ! Je reviendrais sur les détails plus tard dans ce billet. Ce qui attise ma curiosité est que cette jeune femme âgée de 25 ans, a été égorgée dans ce quartier, dans une maison aux mœurs légères, sans qu’on ne puisse au départ de l’enquête ni trouver son agresseur ni même dans les premiers jours déterminer son identité. Elle sera dénommée « Elise LEFEBVRE ».

Indice qui attise d’autant plus ma curiosité, il fut présumé quelques temps après son décès  qu’elle se dénommait Marie LEFEBVRE, identité qui incarnait l’hybride de ma Marie Thérèse GADENNE  (mère de mon Ignace) et de l’identité de sa la mère de Marie Thérèse GADENNE , Anne Toinette LEFEBVRE….

Poussant plus loin mes investigations, je m’en vais sur mes amis Goggle et Gallica . J’y trouve des articles de Presse me permettant de clarifier les faits :

- le journal du Loiret mentionne les faits dans cet article :

 La Révolution démocratique et sociale (Paris)

La Révolution démocratique et sociale (Paris) 2

La Révolution démocratique et sociale (Paris) 3

 

- La Révolution démocratique et sociale, journal de Paris relate lui aussi les faits de manière quelque peu plus sensationnelle :

 

crime à Lille, journal du Loiret

crime à Lille, journal du Loiret 2

 

Les suites de ce crime amènent son auteur, Fleury Joseph  Grebert, originaire de Saint Omer (62), à comparaitre aux assises de Douai en 1849. Il est envoyé au bagne, en Guyane Française comme l’attestent les archives nationales d’outre-mer (ANOM). Fleury Joseph Grébert décède le 27.09.1875, sans d’autre information supplémentaire.

 

J’en reviens à la victime Marie GADENNE. Quelques recherches rapides sur les tables décennales des archives du Nord me permettent de trouver les actes de son décès à Lille ainsi que sa naissance en date du 21.02.1824  à Flers , commune aujourd’hui rattachée à celle dite de Villeneuve d’Ascq :

 

J’y découvre le fait qu’elle est la fille d’Auguste Joseph GADENNE et de Marie Rose SELOSSE. Une recherche sur l’acte de mariage de ces parents récolté dans la commune de Mons-en-Baroeul daté du 28.03.1822 me permet de connecter le père Auguste Joseph GADENNE comme étant le frère de mon aïeule Marie Thérèse GADENNE (précisément la mère d’Ignace dont je perds trace dès son mariage avec Amand Joseph PICAVET en 1814). Ce qui m’intéresse fortement dans cet acte est qu’il y est mentionné qu’Amand PICAVET, beau-frère du contractant réside à Lille en cette année 1822.

Cette simple mention de domiciliation  me permet de pousser nettement plus loin les investigations concernant ma généalogie directe. J’épluche les tables décennales de Lille et trouve les actes de décès de Marie Thérèse GADENNE en date du 29.06.1855, décédée à Lille au sein de l’Hospice Général. Ironie du sort, Marie Thérèse est décédée sur le lieu où elle a donné naissance à son fils Ignace et là où elle l’a abandonné. De même, je trouve l’acte de décès de son mari, Amand Joseph PICAVET en date du 29 janvier 1846, décédé à l’Hospice Saint Sauveur. Cet acte de décès clôture mes recherches sur la trace de ce couple, permettant de trouver le dernier domicile connu les concernant, savoir la rue de la Baignerie dans le Vieux Lille.

 

La boucle est bouclée. la curiosité a bien payé cette fois, au regard de toutes ces tentatives qui n’ont pas menées à grand-chose de concret. Seule interrogation, celle du nom d'emprunt de la victime Marie GADENNE qui était un temps reconnue sous le nom d’Elise LEFEBVRE. La première épouse de son grand-père GADENNE se nommait Toinette LEFEBVRE.

Arbre 1

Arbre 2

 

Cela a-t-il un lien ? Il est évoqué qu'elle était la compagne (hors mariage) de son assassin, qui l'avait amenée dans cette maison dite de "rendez-vous" alors même qu'il est précisément évoqué son état de prostituée. Etait-ce son nom de "travail"?