Enigmatique titre qui résume des échanges épistolaires entre le Préfet du Nord et la Commission administrative en charge des hospices de la ville de Lille. Le sujet central réside dans la question du paiement en souffrance des nourrices qui accueillent les enfants abandonnés confiés par l’Hospice Général de Lille entre autre.

 La dite Commission pointe en prime la concurrence déloyale faite par les entremetteuses de l’Hospice de Paris sur certaines communes relevant de la compétence du département du Nord. A défaut de trouver à proximité des familles nourricières, Paris envoie dans les provinces des émissaires susceptibles de détourner des nourrices de l’accueil de petits orphelins nordistes. Or, cela complique sérieusement les affaires des employés nordistes en charge de trouver eux aussi des débouchés pour son propre contingent d’enfants trouvés et/abandonnés. C’est en désespoir de cause, en sus de rémunérations en baisse de ces dites nourrices que la Commission administrative des Enfants trouvés de la ville de Lille saisit par courrier le Préfet de l’époque, Jean Marie Valetin DUPLANTIER. Jean Marie ne tarda pas à prendre sa plume pour répondre à la dite commission. Sa réponse fut sans appel : faites votre part du travail, ça urge !

 Dans le texte, en langage bien mieux soutenu cela donne :

- Lettre de la dite Commission au Préfet datant du 06 juin 1812 

« 1       DEPARTEMENT                                                     Lille, le 06 juin, 1812

            DU NORD

                        ________

            HOSPICES CIVILS

5                      _______                                             La Commission administrative

                        OBJET                                                           des Secours de la ville de Lille,

 

 

                                                           A Monsieur le Baron de l'Empire, officier

10        N° 130                                                           de la Légion d'honneur, Préfet du Nord

                                                          

 

 

                                                                                              Monsieur Le Baron,

15

 

                        Nous avons eu l'honneur de Vous adresser le 24

                        avril dernier et de soumettre à Votre décision une

                        délibération du Conseil d'Administration, ayant pour

                        objet de faire payer à dates du 1er Janvier 1812, les

                        mois de nourrices des enfants trouvés et abandonnés,

20                    placés à la campagne, d'après la fixation dont le

                        tableau Vous a été adressé le 21 Décembre dernier.

                                   L'extrême difficulté de trouver à placer les enfants

                        en nourrices et d'y maintenir ceux qui y sont, à

                        cause de la modicité du taux des pensions et de

25                    la cherté de subsistance a dû déterminer le

                        conseil a proposer cette mesure.

                                   Un nouvel obstacle vient encore s'opposer au

                        placement des enfants de l'hospice de Lille dans

30                    partie de communes des Cantons de Templeuve,

                        Pont à Marcq, Orchies, Département du Nord, a

                        antoing, département de Jemmapes, ou nous trouvions

                        des nourrices. En effet, plusieurs femmes domiciliées                     .../...

                        dans l'arrondissement de Douay, qui depuis quelque

35                    tent sont chargées de commission de la part de

                        l'hospice de la Maternité à Paris, nous enlèvent

                        les nourrices qui venaient auparavant chercher les

                        enfans à Lille. Il n'est pas difficile à ces

                        premières d'obtenir la préférence, pour l'avantage du

40                    prix accordé par l'hospice de Paris, et qui est

                        beaucoup au dessus du taux auquel le notre est

                        fixé.

                                   Nous prions instamment Monsieur le Baron

                        de vouloir bien nous faire connaitre si nous

45                    pouvons faire régler le paiement des mois de

                        nourrices dus pour le 1er Trimestre de cette année

                        d'après la fixation proposée.

                                   Veuillez, Monsieur le Baron, agréer les nouvelles

                        assurances de nos sentiments respectueux.

50

                                   Signatures »

 

Archives Départementales du Nord,

Série X, Cote 48 / 1-12

 _________________________________________________________________________________________________________

- Réponse de Jean Marie Valentin Duplantier :

« 1                   Bureau de police,

 

                                                                                                          Lettre

                                                                                                          à la Commission ad_ des

5          on autorise  à prélever                                                           Secours publics de Lille

            à titre d’emprunt dans

            la Caisse du Mont de

            piété la sommes pour

            solder les mois de nourrice

10        des Enfants trouvés pendant                         Je sais comme vous, Messieurs,

            l'an 4° trimestre de 1811                                combien il est urgent

                                                                       d'acquitter les mois de nourrices

                                                                       des Enfants trouvés et abandonnés

                                                                       tant pour le 4° trimestre

15                                                                   de 1811 qui est le 1er de 1812

                                                                       mais je ne pourrai liquider

                                                                       votre dette arriérée pour le

                                                                       service des enfants trouvés

                                                                       qu'après que vous m’ayez

20                                                                   fourni le travail que Mr

                                                                       le Maire de Lille vous a

                                                                       demandé par suite de

                                                                       ma lettre du 31 mars

                                                                       dernier, votre receuveur

25                                                                   m'a promis que pour ce

                                                                                                travail,

                                                                       qui le concerne, il serait

                                                                       terminé au plus tard le

                                                                                                          ___ 

30                                                                   25 de ce mois. je désire

                                                                       que de votre côté vous vous

                                                                       senttiez en mesure de me

                                                                       fournir le votre Travail  pour

                                                                       la même Epoque; les Etats

35                                                                   nominatifs des personnes

                                                                       qui se trouvaient dans

                                                                       les hospices à l'Epoque

                                                                       du 1er janvier etc peuvent

                                                                       être faits par les Economes

40                                                                   et vous être remis en

                                                                       contenant les indications

                                                                       prescrites par ma lettre précitée

                                                                       du 31 Mars, ....... .......

                                                                       je vous prie de vous en occuper

45                                                                   vous toute affaire cessante

                                                                       de cet objet et de n'en

                                                                       différer l'Envoi que le

                                                                       moins de temps possible.

                                                                       afin que je puisse

50                                                                   m'occuper de la

                                                                       liquidation de Notre Dette

                                                                       arriérée pour le Service

                                                                                              ______

                                                                       des Enfans trouvés. [en

55                                                                   attendant comme il est

                                                                       urgent de payer aux

                                                                       nourrices un accompte sur les

                                                                       sommes qui leur sont dues

                                                                       je vous autorise à prélever,

60                                                                   à titre d'Emprunt, dans

                                                                       la Caisse du Mont de piéré de cette ville les

                                                                       fonds

                                                                       _________

                                                                       ? ? ? reconnues

65                                                                   Nles pour solder la

                                                                       dépense du 4° trimestre

                                                                       de 1811. je vous

                                                                       recommande de n'en

                                                                       pas tarder le payement

70                                                                   afin de faire cesser leurs

                                                                       Réclamations de ces

                                                                       nourrices.

 

74                                                                              Je vous A..."

Archives Départementales du Nord

Série X, Cote 48- 2 à 14