Avertissement : ce billet est le troisième d'une série de publications... Je vous conseille fortement de lire chronologiquement celles-ci. 

 

          La lettre produite par la commission administrative des hospices de Cambrai nous renseigne particulièrement bien sur la position de Joseph.

Né le 14 mai 1833 à Lille, lui aussi au petit matin, sa naissance est déclarée à l’état-civil par la même accoucheuse ayant assisté la naissance de Virginie, la dite « Thérèse Beuvlet ». La mère, Virginie Joseph Galand, est dite servante, âgée de 26 ans, native de Lompret. Elle a accouché en son domicile situé au numéro 8 de la Rue du Marché aux Bêtes. Les témoins accompagnant la déclaration sont François Terby, journalier de 33 ans et Bris Desruelle, journalier de 27 ans, tous deux domiciliés à Lille. (Acte n°915, p 802/921, Naissance Lille 1832-1833)

Il est indiqué, toujours dans le même échange épistolaire, que Joseph relevait de la compétence de l’administration des hospices de Lille de sa naissance (puisqu’il a été abandonné le 14 mai 1833) jusqu’au 15 décembre 1836. Ensuite, Joseph a été transféré vers la compétence de l’administration des hospices de Cambrai à compter de décembre 1836. Je ne suis pas parvenue à accéder aux registres des nourrices des hospices de Cambrai, si tant est qu’il ait traversé les âges ou ait existé (les disparités de fonctionnement administratif au sein d’un même département n’est pas rare). Aussi, je ne peux étayer son parcours, à l’instar de ce que j’ai pu réaliser pour sa sœur. Néanmoins, il a pu envisager une carrière d’aide du pharmacien attaché aux hospices de l’arrondissement de Cambrai. Cela semble peu comme condition, mais m’étant attachée à travailler sur les devenirs de ces enfants abandonnés et assistés, les métiers qu’ils ont embrassés par la suite, à l’âge adulte, étaient bien loin de celui-ci. C’est même d’ailleurs, de mon seul et unique point de vue une certaine manifestation de l’attachement de cet homme à l’institution qui a pris « soin » de lui, en l’absence de sa mère.

Quant au changement de compétence administrative de laquelle Joseph a dépendu, il est à souligner que cela découle de réflexions déjà en marche dès 1826. Les frais de nourrice engagés pour la prise en charge des enfants relevant du ressort Lillois, sont alors considérés comme excessifs. Des dispositions vont peu à peu se mettre en place pour en diminuer l’importance :

- mesures visant à supprimer les tours d’abandon afin de limiter de facto le nombre d’enfants exposés et à prendre en charge,

- mesures visant à contrôler les familles nourricières dont notamment la pose de colliers pour identifier les enfants confiés ; les administrateurs estiment que certaines nourrices dissimulent le décès d’enfants qui leur avaient été confiés, présentant leur propres enfants quand un contrôle s’opérait

- le changement de nourrices, voire même de changement d’arrondissement pour les enfants trouvés et abandonnés, était une mesure susceptible, selon les administrateurs, d’endiguer les tromperies.

            Joseph a donc vécu presque 3 ans sous la responsabilité de l’administration des hospices de Lille pour être radié de ses listes et envoyé à la responsabilité de celle de Cambrai. Nul doute que Joseph ait été confié à une famille nourricière, cette mesure de placement restant la plus économique.

Joseph se marie le 16 mai 1859 à Cambrai, alors âgé de 26 ans, à Joséphine Aimée Malvina Fruit, jeune fille native de Cambrai, fille de commerçants. Joseph est un employé, fils naturel  de Virginie Joseph Galand dont il n’est mentionné que l’identité, le domicile de cette dernière étant inconnu. Joseph signe l’acte de son mariage d’une écriture assurée et soignée. Il est assisté d’Alphonse Boileux, pharmacien, de Victor Manniez, économe des hospices de Cambrai, témoins de cette union mais également témoin de la vie de Joseph au sein de ces dits hospices (Acte n° 41, p 351/1170, Cambrai Mariages 1857/1864)

            Joseph et Josépine eurent une vie familiale bien riche ; de cette union sont nés à Cambrai: Arthur Léon Louis Galand né le 25 aout 1860, Eugène Galand né le 02 juillet 1863, Emile Galand né le 14 aout 1864, Joseph Galand né le 05 aout 1865, Jeanne Joséphine Galand née le 24 mars 1867, Pauline Marie Galand née le 15 avril 1869, George Louis Albert Galand né le 08 avril 1873.

            Joseph décède le 02 décembre 1880 à Cambrai. L’acte de décès issu de l’état-civil ayant été détruit, on ne peut renseigner l’identité de celui qui a déclaré le décès. (Reconstitution des Actes de l’Etat-Civil, décès 1880, Cambrai, p 1118/1161)

 

A suivre.....